Gravière des Hézards : Passage en force ?

Franchement on aimerait que cela se passe au mieux, que l’on présente aux habitants différentes esquisses, que l’on recueille leurs préconisations, que tout soit fait pour optimiser le projet, dans l’écoute, dans la concertation. Mais une fois de plus il semble que nous assistions à un passage en force.

Le projet d’aménagement dit des Terres de l’Hôpital, devenu Graviers des Hézards en 2018 puis Gravière des Hézards plus récemment suit son petit bonhomme de chemin… en toute discrétion !

Tellement discret que les traces de ce projet dans les délibérations municipales sont rares. Avant l’annexion de Fourqueux par Saint-Germain-en-Laye du 1er janvier 2019, le sujet avait été évoqué en commission urbanisme. Fin 2018 lors de nos rencontres avec les élus en plein débat sur la fusion était évoqué un programme de 70 appartements dont 50 logements sociaux à livrer en 2022.

Situons le terrain concerné. C’est à l’extrême ouest de Fourqueux. Là où les habitants de la rue de la Raffière, de l’avenue de la Ferme des Hézards ou de l’impasse des Lévriers ont cru longtemps que le bout de leur jardin resterait à tout jamais l’orée du bois des Terres de l’Hôpital dont le nom rappelle le projet, abandonné depuis longtemps, de construction d’un nouvel hôpital entre Saint-Germain/Fourqueux et Chambourcy.

Vue Google Maps
Extrait PLU.
Cadastre.

Ce site est exceptionnel. Il était encore très arboré en 2018. Les riverains avaient été surpris par des travaux de défrichement menés en catimini (une fois de plus) et à peine connus des services de la mairie durant les vacances scolaires de la Toussaint 2018.

2 novembre 2018, paysage lunaire après une coupe soi-disant de simple entretien périodique… Qui y a cru ?

Poursuivons la chronologie de l’affaire. Nous sommes donc au début de 2019. La Commune Nouvelle forcée, contre l’avis des Fourqueusiens, est installée. Les conseils municipaux de Saint-Germain et de Fourqueux fusionnent.

Le 29 mars 2019, des élus de la nouvelle majorité de Saint-Germain/Fourqueux visitent le site, à nouveau atrocement défriché.

Lors d’une réunion (le 15 mai 2019 en mairie de Fourqueux) de présentation du projet Domnis de logements sociaux, allée des Jardins (gelé depuis grâce à la mobilisation des riverains), est évoqué pour la première et peut-être la dernière fois en public (aux seuls habitants de l’allée des Jardins et du Muleron) le projet des Terres de l’Hôpital. Celui-ci est désormais chiffré à 80 logements sociaux.

Le 3 juillet 2019 a lieu en mairie de Fourqueux une inédite « commission générale » (un conseil municipal sans ordre du jour, à huis clos et sans compte rendu public) limitée aux élus de Fourqueux alors même que le conseil communal prévu par les chartes de la fusion n’avait pas encore été installé (il ne l’est d’ailleurs toujours pas même si sa composition est désormais officialisée). La légalité de cette réunion est donc douteuse.

Icade choisi par qui ?

Bernard Ophèle (ex 1er adjoint au maire) confirme le projet de 80 logements sur le site des Terres de l’Hôpital. Il n’y a pas à débattre puisque c’est déjà la proposition du promoteur Icade qui est retenue parmi les quatre offres reçues. Décision de la seule majorité municipale sans aucun débat ou concertation avec l’opposition municipale et encore moins avec les habitants des Terres fleuries.

On avait connu des jours meilleurs avec le projet Cœur Village de Fourqueux (plusieurs projets présentés alors publiquement et retravaillés pour un résultat de qualité) et le réaménagement du quartier de l’hôpital de Saint-Germain centre qui donnait lieu en cette année 2019 à un bel effort de présentation sinon de réelle concertation.

Ce 3 juillet 2019 certains élus s’interrogent pourtant sur la pertinence du projet fourqueusien. Accueillir sur un même site excentré des publics très divers (adultes handicapés, personnes âgées, jeunes en insertion…), sans voirie adaptée, sans desserte suffisante au niveau transports en commun :
– Comment envisager un accès par la seule petite rue de la Vente ?
– Combien de places de parking en surface ?
– Quelle surface supplémentaire imperméabilisée dans ce cadre naturel qui reste riche en biodiversité malgré les défrichages ?
– Le terrain occupé doit rester libre d’accès et non clôturé, mais peut-on nous le garantir ?
De vraies questions aujourd’hui toujours sans réponses. Une délibération donnant lieu à débat en conseil municipal de Saint-Germain-en-Laye semblait alors prévue pour septembre 2019. On l’attend toujours… !

Début des travaux imminent

Après le projet de l’allée des Jardins, celui de Gravière des Hézards aurait-il été lui aussi abandonné ?
… Pas du tout ! Juste poussé sous le tapis. Car le réseau Fourqueux-Citoyen a repéré il y a quelques jours une publication qui laisse penser que les premiers coups de pelleteuses ne devraient plus tarder. La crise sanitaire que l’on connaît, avec ses contraintes, ne peut en tout cas pas être invoquée (comme cela a été fait pour le projet des 12 Arpents) pour justifier, encore une fois, l’absence de concertation.

Vous trouverez, ci-après, le texte paru dans la Revue d’informations Échos d’avenir de janvier 2021. On y vérifie la diversité des publics visés ce qui peut être une bonne chose, mais l’on découvre aussi l’objectif de créer un « tiers-lieu » et d’attirer sur le site pour différentes activités un « public ordinaire » venant de Saint-Germain Centre, avec tous les problèmes liés à la desserte et au trafic !
La cohérence du projet nous échappe encore vu l’emplacement… mais maintenant on connaît le pilote : Paul Joly, maire-adjoint chargé du Logement, de l’Inclusion et de la Ville de demain.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
Soutenez Fourqueux-Citoyen, donnez-nous les moyens
de vous informer et de vous défendre :

>> adhérez ou faites un don <<

S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Isabelle Cherel
Isabelle Cherel
12 jours il y a

La mairie de St Germain est-elle consciente de ce que devient le Ru de Buzot en cas de forts orages ? A-t-elle oublié les gens se déplaçant avec de l’eau jusqu’à la ceinture rue Saint-Léger et rue Schnapper ? N’a-t-elle jamais vu des plaques d’égout en fonte soulevées à 50 cm du sol sous la puissance des flots ? Ces terrains sont inondables. Quelle inconscience ! Quel acharnement à tout bétonner ! Quant à la forme… comme d’habitude…

Marielle Canova
Marielle Canova
12 jours il y a

Recevant Echos d’Avenir dont je suis adhérente, j’ai lu avec intérêt cet article. J’ai d’abord pensé que cela pourrait être une excellente opportunité de logement pour mon fils jeune adulte handicapé physique et bénéficiant de certains services d’avenir APEI. En y réfléchissant, et d’ailleurs l’encadré de l’article le souligne, est-ce une bonne idée de parquer les handicapés (quelque soit le handicap, moteur, psychique ou mental) dans un lieu éloigné des commerces, du cabinet médical, des transports en commun, en un mot des services indispensables à leur autonomisation? N’y a-t-il pas d’autres lieux possibles, proche des services, pour que les handicapés vivent une vie décente et aussi autonome que possible? Ou bien préfère-t-on les éloigner de la vue de tous les bien-portants et autres valides?

Guy Delage
Guy Delage
11 jours il y a

La nature doit rester comme elle est avec des zones naturelles.
Nous ne serions pas venu nous installer
Il faut faire une opposition au tribunal administratif dès l’accord du permis de construire (sic)
Nous ne sommes pas la poubelle de Saint Germain !
Il faut voter, nous sommes en démocratie, et non une décision unilatérale de Mr Level

Gourdel
Gourdel
10 heures il y a

Et oui il fallait voter Alexandre Grevet au 1er tour des municipales en 2020… Le projet pour cette zone était un verger pédagogique! Des futurs balcons dans les jardins pour les habitants de cette zone verte.
Dommage pour Fourqueux..