Faites c’que j’dis, pas c’que j’ai fait !

Génération Terrain est une jeune association d’élus des Yvelines qui cherche à s’étendre désormais sur tout le territoire national. En vue des élections municipales de mars 2020 elle vient de décerner son label à 15 candidats ou pseudo-candidats têtes de liste potentiels même s’ils ne se sont pas encore déclarés.

Le mouvement s’est fait connaître surtout durant les manifestations des gilets jaunes par la voix de ses fondateurs Karl Olive (maire de Poissy) et Arnaud Péricard (maire de Saint-Germain-en-Laye commune nouvelle). Ils sont désormais respectivement Président et Président délégué de Génération Terrain.

Se regrouper entre élus, partager les expériences et les bonnes pratiques, rien à redire… Mais très vite on relève des contradictions dans la démarche.

Lors de l’assemblée générale du 10 octobre à Poissy de l’association politique a été publiée une charte. Charte que les élus badgés Génération Terrain seront tenus de respecter au cours de leur mandat s’ils deviennent maires en mars prochain.

Chacun ici connaît l’aversion d’Arnaud Péricard pour le référendum local dont il n’a pas voulu dès le départ pour valider la fusion des communes de Saint-Germain-en-Laye et de Fourqueux. Et là, dans la charte dont il est le co-auteur, voilà que cette absolue nécessité de participation citoyenne « pour des sujets qui relèvent de la compétence de la ville » (on est en plein dans le mille !) apparaît en bonne place écrite noir sur blanc. Le référendum local n’est plus un gros mot quand on entre en campagne électorale.

4 commentaires sur “Faites c’que j’dis, pas c’que j’ai fait !

  1. Arnaud Pericard est le fondateur et l’initiateur de génération-terrain et est donc le coprésident, l’autre président étant son ami Karl Olive maire de Poissy.
    Ils se sont donc donnés cette investiture
    sous condition de signer leur charte.
    Beaucoup des points de cette charte ne sont pas appliqués actuellement, le seront-ils ?
    Comme le referenfum local qui comme vous le soulignez a été tant souhaité par les foulqueusiens lors de la fusion.
    Quant aux investitures, bcp vont partir en course sans vouloir d’étiquettes ou simplement divers-droite … mais on a pu voir surgir diverses étiquettes … soutien LaREM, puis génerationterrain, puis Agir qui ne représente que qqes unités sur Saint-Germain càd personne … et cela va continuer…
    Les maires ne veulent pas d’étiquettes du fait que les sondages montrent une meilleure réussite sans ! Mais ils vont se retrouver étiquetés avec de multiples sparadraps sur le front dont ils ne pourront se débarasser comme le sparadrap du Capitaine Hadock !!
    Les campagnes électorales sont toujours le lieu de promesses … on rase gratis … on promet des referenfums ou d’autres choses … bien naïfs sont ceux qui les croient !!!
    Quand des élus en place se représentent, ce qui est important c’est de voir le bilan, ce qui a été fait … pas ce qui est promis. Les bilans peuvent être bons sans aller chercher des promesses qui ne seront jamais appliquées.

    1. Bonjour Mme Dumont,

      Juste pour souligner une partie de votre commentaire. Je ne pense pas que le citoyen soit « naïf », mais qu’il a les mains liées et qu’il ne soit entendu/écouté par le monde politique, ça c’est un fait.

      Quand on voit, qu’on lit que les ministres en place (Education Nationale, Intérieur, Travail, 1er Ministre…) déforment les textes de lois, les arrangent verbalement, et les diffusent sur tous les supports médiatiques, même sur des antennes publiques, il y a de quoi se poser la question si les « responsables » politiques ne sont pas, eux, naïfs de croire qu’ils nous manipulent.

      Les urnes ne règlent pas tout, la mentalité, l’âme et le bon sens sont des vertus que le monde politique a perdu.

      Tant que la politique sera un fait comme un métier et non comme un service rendu aux citoyens, ça ne pourra pas aller. Enlever l’intérêt financier et le cumul des responsabilités aux politiques et il n’y aura plus personne qui voudra piloter !

  2. On pourrait aussi citer « les rendez-vous de proximité récurrents »: ils devaient avoir lieu dans Fourqueux, sous la forme d’un conseil consultatif de référents de quartier, ou autre ; mais combien de ces consultations informelles de notre population ont-ils eu lieu? Parole, parole…

  3. Arnaud Péricard devrait donc en toute logique faire un référendum avant les élections pour demander aux Fourqueusien.ne.s s’il souhaitent retrouver leur autonomie et voter pour leur propre maire à Fourqueux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.