Une consultation dans l’Oise sur une fusion de communes est repoussée massivement par les électeurs

La création d’une commune nouvelle par le seul vote des conseils municipaux n’est pas une règle absolue. Loin de là. Et heureusement. Illustration ce dimanche 18 novembre 2018. Étaient appelés à voter les électeurs de deux petites communes de l’Oise, Warluis (1200 habitants environ) et Rochy-Condé (600). Elles sont très proches de Beauvais, préfecture de l’Oise, et situées au sud-est de l’agglomération, de part et d’autre du cours d’eau Le Thiérain, qui rejoint l’Oise à Creil. Le préfet de l’Oise a provoqué une consultation citoyenne qui s’est soldée ce 18 novembre par un rejet massif du projet de fusion avec une participation importante. Plus de détails concernant cette affaire sur cette page.

Comme quoi rien n’est inéluctable en matière de fusion de communes. Notre collectif Fourqueux-Citoyen a été créé il y a quelques semaines seulement par un sentiment d’incompréhension, d’injustice, de révolte parfois, de nombreux habitants/électeurs. Cela a été déclenché par deux événements concomitants : la consultation citoyenne du 30 septembre dont le résultat était clairement de ne pas aller vers la commune nouvelle, la décision du conseil municipal dès le lendemain d’approuver le fait de poursuivre l’étude et de ramener son périmètre aux seules communes de Fourqueux et Saint-Germain-en-Laye.

L’autorité administrative (le préfet des Yvelines) aurait pu se saisir d’elle-même du problème de Fourqueux. Elle ne l’a pas fait. Cela ne veut pas dire qu’elle ne le fera pas. Et, quoi qu’il en soit, le plus simple est que, ce lundi 19 novembre 2019, le Conseil municipal de Fourqueux, dans sa sagesse, repousse le projet de fusion envisagé dès le 1er janvier 2019 de Fourqueux avec Saint-Germain-en-Laye.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments