4 commentaires sur “Réponse de Alexandre Grevet

  1. Je ne comprends pas trop la procédure de « défusion » (je cite). Par quel moyen juridique est-il possible d’envisager que les électeurs de Saint-Germain d’un côté et ceux de Fourqueux de l’autre, soient consultés séparément ? Comment fait-on si l’un des deux territoires ne répond pas dans le même sens que l’autre ? Ce sujet semble particulièrement mal étudié… Je ne pense même pas que ce soit juridiquement possible.

    Par ailleurs, étrange paragraphe sur la démocratie au sein des quartiers… Outre le choix d’un acronyme très discutable (« CDQ »… mais franchement… Personne pour réfléchir un peu à ce genre de chose en coulisses ???), les modalités de composition et le rôle de ces « instances » sont aussi peu clairs qu’inquiétants…
    Entre 6 et 10 personnes nous dit-on, 50% d’élus (choisis sur quels critères ?? Opposition comprise ou pas ?? ) et 50% d’habitants (choisis comment, sur quels critères… On ne sait pas…).
    Renouvelés tous les 2 ans… Une réunion par trimestre.
    1/ Le temps est bien trop court pour travailler sérieusement. Ce n’est pas en 8 réunions qu’on décide d’un projet et qu’on le porte jusqu’à sa réalisation… C’est bien mal connaitre la vie municipale que d’imaginer qu’une telle chose puisse fonctionner…
    2/ Les élus seront-ils renouvelés également ? On ne comprend pas trop.
    3/Recueillir les demandes des habitants du quartier… Bon, pourquoi pas, mais n’est-ce pas déjà le rôle des associations existantes ? des élus issus des différents quartiers ? Ou est-ce un moyen de court-circuiter toute cette vie de quartier au profit d’une poignée de personnes non élues, non connues, choisies sur des critères flous… Mystère…
    4/ Mais ces personnes seront également amenées à travailler avec les services !! Donc, tous les deux ans les services vont devoir réexpliquer les règles, les normes, les procédures, changer d’interlocuteurs… Quid de la hiérarchie en interne ? Quid du rôle des élus dans tout cela ? Est-ce bien efficace d’avoir des habitants qui se transforment en chefs de service dans les administrations ? Mystère…
    5/ De plus, on comprend que ce « CDQ » se limiterait à Fourqueux (c’est ce que j’ai compris mais je me trompe peut-être…) c’est donc ignorer tout ce qui se passe dans les autres quartiers de Saint-Germain et donner un statut « autonome » à Fourqueux ? Que vont-on faire de Fourqueux ? Une principauté ?

    La porte est donc ouverte aux réflexions dans les quartiers mais le candidat les referme aussitôt pour les limiter à :
    1/ « la sécurisation des piétons » -> Est-ce à dire qu’il pourrait y avoir une approche différente par quartier ??? Quelle uniformité ? Quelle compréhension pour les automobilistes ?
    2/ « l’installation de jeux pour les enfants » -> bon…
    3/ « l’aménagement de l’espace public » : Cette expression regroupe tellement de choses qu’il est difficile d’y voir clair… Parle-t-on de logement ? de mobilier urbain ? de publicité sur la voie publique ? de stationnement ? du PLU ? Quand c’est flou…
    4/ « des potagers dans les écoles »… Si on rendait la compétence de l’Éducation Nationale à l’Éducation Nationale avant d’imposer quelque chose aux enseignements dans leurs espaces pédagogiques ???
    5/ « La création d’emplacements pour les futurs permis de végétaliser »… Je ne suis pas un spécialiste du sujet… Mais j’ai l’impression qu’on a servi un peu d’écologie au passage sous un terme bien techno… Mais honnêtement c’est incompréhensible…

    Tout cela semble bien hasardeux et même dangereux quand on lit que les « clefs de la ville seront rendues aux habitants »… Autant ne plus avoir de conseil municipal dans ces conditions… et que les « compétences de ces « CDQ » (mon Dieu j’ai honte) dépasseront celles du conseil consultatif citoyen mis en place par le conseil municipal et approuvé par les chartes… (!! et on nous parle de démocratie !!)

    On va donc donner des lignes d’investissements (nos impôts pour faire court) sur des sujets indéterminés à des gens non élus, sans légitimité, qui n’ont surtout pas voulu s’engager sur des listes municipales, mais qui vont pouvoir imposer des idées sorties du chapeau en 2 ans et personne n’aura son mot à dire… Sous le contrôle de qui ? On se demande.

    Pas très sérieux… Si la démocratie de demain ressemble à ça… J’ai un peu peur…

    Sur l’urbanisme… Rien de nouveau. Certes, rénovons le patrimoine. Ca va toujorus mieux en le disant… Le faire est bien plus compliqué. Mais affirmer à mi-mot qu’on ne se lancera pas dans de nouvelles constructions c’est ce mettre une balle dans le pied. C’est signer le déclin inexorable de la commune.
    Des chiffres :
    En 2006 : 43 015 habitants à SGL (publication 2009) – malgré le « bétonnage » dénoncé ici, en 2016 (chiffres publiés en 2019) : 41 749 habitants à SGL…

    Une ville qui ne construit pas est une ville qui perd des habitants et qui entre dans une spirale infernale. Lorsqu’on perd des habitants, on perd des dotations de l’État qui sont basées sur ces chiffres et qui baissent déjà en dehors de ce critère « population » depuis quelques années. Moins d’argent, c’est moins de service public dans les écoles, dans les crèches, pour la police…
    Les indicateurs de population sont également des normes de référence pour la préservation des services publics (police, pompier, centre de tri du courrier…). Souhaite-t-on vraiment voir disparaître ces services au nom du « zéro programme immobilier » – « zéro béton » ??

    Alors certes il ne s’agit pas de faire n’importe quoi, avec n’importe qui. Il faut prendre du temps et bien réfléchir les choses, anticiper, fixer les règles… Certes, il y a du travail et des possibilités dans la rénovation de l’ancien… Mais arrêtons cette hypocrisie du « zéro nouvelle construction ».

    La commune nouvelle a d’ailleurs été bénéfique sur le sujet quand elle a permis d’éviter la mise en oeuvre d’un programme particulièrement mal conçu sur le territoire de Fourqueux. Je pense que les riverains de ce programme sont heureux du coup d’arrêt donné. Il est dommage que ce point positif ne soit pas objectivement salué par cette liste anti-fusion.

    C’est globalement assez décevant.

    1. Très long commentaire de quelqu’un qui travaille pour la mairie de Saint-Germain-en-Laye… et auquel je me dois de répondre :
      Rendre les « clefs de la ville…aux habitants » je ne vois, personnellement, pas le problème. Le conseil municipal doit être un coordinateur, un initiateur, un soutien, une référence mais pas un ‘organisme’ détaché des habitants une fois l’élection passée.
      Quant aux « conseil consultatif citoyen » qui sera (peut-être) mis en place par le conseil municipal (car la charte de gouvernance n’a pas été respectée en 2019), je vous retourne votre remarque : « !! et on nous parle de démocratie . Les citoyens s’inquiètent d’un ‘bidule’ totalement désigné par le maire et à sa botte => à des gens non élus, sans légitimité, mais qui vont pouvoir faire croire à une forme de légitimité pour des idées sorties du chapeau et les citoyens n’auront pas leur mot à dire, comme c’est le cas des conseils de quartier actuels à Saint-Germain qui ne se réunissent que rarement et à qui on vient juste vanter les mérites de ce qui a été fait sans leur demander leur avis…
      Pour Fourqueux, on aurait donc un « conseil consultatif citoyen » sous le contrôle d’un maire délégué autocrate… De qui se moque-t-on ? On se le demande… Pas très sérieux… Cette conception de la démocratie actuelle nous révolte, comme nous a révolté le déni de démocratie constitué par une fusion décidée contre la majorité des habitants de Fourqueux !
      Enfin, ce n’est pas la commune nouvelle qui a été bénéfique pour éviter la mise en œuvre du programme « Allée des Jardins », particulièrement mal conçu (initié par le maire délégué D.Level), sur le territoire de Fourqueux. Les riverains de ce programme sont effectivement heureux du coup d’arrêt donné grâce à leur mobilisation et à celle de Fourqueux-Citoyen. Ce point très objectif est à souligner : mobilisation citoyenne contre un projet mal conçu, par des élus déconnectés de la population et hautement susceptible d’être retoqué par la justice compte tenu de son aberration !
      En conclusion : Merci de votre intérêt pour nos publications, mais renseignez-vous sur la réalité des faits !

      1. Bonjour Monsieur,

        Merci pour votre réponse.

        Je reconnais volontiers que le respect des chartes n’est pas ce qui a le mieux caractérisé la construction de cette commune nouvelle… C’est le moins que l’on puisse dire.

        Je souhaite toutefois revenir sur les conseils consultatifs citoyens. De mémoire, les chartes prévoient que leur composition est arrêtée par le conseil municipal. Monsieur GREVET ne précise pas qui fixera leur composition ni comment seront désignés les membres (lui seul, le bureau des adjoints, le conseil ??).

        Pour les conseils de quartier actuels (simple instances de consultation) tout le monde était le bienvenu et les représentants des citoyens y ont été élus à main levée parmi les présents lors de la première réunion. Ce n’était pas parfait mais ça a le mérite d’avoir été fait. Je vous renvoie à la délibération du 18/12/2014 et à la charte des conseils de quartier.

        J’ai participé aux conseils de quartier. Madame Ana VEE a été désignée pour mon quartier. Je n’ai pas mémoire qu’elle était un fervent soutien de Monsieur LAMY, elle est d’ailleurs sur la liste de Monsieur GREVET. Ce conseil de quartier a donné son avis sur le choix des commerçants pour le marché des Rotondes, sur l’aménagement d’une place. Nous nous sommes opposés à la mise en double sens du Boulevard Hector BERLIOZ et nous avons été écoutés. Les débats y étaient passionnés et intéressants.

        Toujours dans les chartes, il n’est pas prévu de confier aux conseils consultatifs citoyens une part du budget d’investissement. Ils n’ont qu’un rôle consultatif… Comme leur nom l’indique. Et c’est la grande différence avec une instance « décisionnelle ».

        Vous prônez un renouveau de la démocratie de proximité (personne ne vous le reproche, pas moi en tout cas) et je pensais trouver dans la réponse de Monsieur GREVET quelque chose de plus construit pour une instance à qui on souhaite confier une partie de la gestion de l’argent public et celle d’un projet…

        Plus on donne de pouvoirs de décision à une instance, plus elle se doit d’avoir une légitimité qui passe (selon moi) par l’élection. Mais c’est peut-être un principe dépassé…

        Je vois d’ailleurs que tous les candidats proposent la même idée et pas uniquement à Saint-Germain… Les budgets participatifs existent déjà à Paris (c’est un des fondamentaux des programmes socialistes depuis longtemps – Cf. Ségolène) et je ne suis pas certains que ça ait beaucoup changé – en mieux – la vie des parisiens… Confier à des citoyens qui n’ont pas la légitimité d’une élection, le pouvoir de dépenser l’argent public… Personnellement, je ne trouve pas cela très sain, ni très démocratique.

        Monsieur GREVET (et d’autres aujourd’hui) propose(nt) une instance tout aussi peu démocratique que celle des conseils consultatifs citoyens mais il(s) leur donne(nt) plus de pouvoirs… Je m’en étonne, je m’en inquiète aussi, autant pour le projet de Monsieur GREVET que pour ceux « des autres ». Je m’attendais à mieux (pardon d’avoir eu de l’espoir).

        Sur le programme « Allée des Jardins », je pense que si la fusion n’avait pas eu lieu, Monsieur Level – seul – n’y aurait pas renoncé. Un contentieux serait peut-être déjà en cours. Ce n’est qu’une question de point de vue.

        Ou je prends tout cela trop à cœur, ou vous semblez penser qu’il y avait un parti-pris dans mon (trop long) commentaire. Ce n’était pas le cas. Ce n’est d’ailleurs pas le premier que je poste ici. Oui, je m’intéresse à vos publications, comme à celles des autres que je commente aussi quand c’est possible. Je le fais dans la mesure de mes connaissances et selon mes opinions. Dans une quinzaine de jours nous irons voter (si cela à encore un sens) et je pense que beaucoup d’électeurs comme moi, sont perdus au milieu de toutes ces invectives, ces suspicions, cette défiance à l’égard des élus. Personne n’y gagne.

        Je n’ai jamais boudé les isoloirs depuis que j’ai reçu ma première carte d’électeur (ça date un peu). Mais j’espère qu’il fera beau le 15 mars, car au rythme où vont les choses, et vu l’agressivité des uns des autres je pense que, pour la première fois, j’irai loin des bureaux de vote.

  2. Bonjour madame (ou monsieur ?),

    Je vous remercie de reconnaître que « le respect des chartes n’est pas ce qui a le mieux caractérisé la construction de cette commune nouvelle… C’est le moins que l’on puisse dire » !

    Pour ce qui concerne LE (et non pas LES) conseil consultatif citoyen, vous avez raison, les chartes prévoient que leur composition est arrêtée par le conseil municipal ce qui n’est, en aucun cas, une garantie de représentativité. Alexandre Grevet que vous mentionnez a, quant à lui, eu l’occasion d’apporter des réponses lors d’une réunion publique. Il en a été de même pour Keyne Richard. Christophe Bentz sera bien évidemment sollicité également lors de sa réunion publique du 11 mars à Fourqueux. Si tout n’est pas parfait, c’est en tout cas mieux que refuser de répondre à nos questions légitimes comme l’a fait Arnaud Péricard. La démocratie c’est le débat et pas le refus de répondre à nos questions clairement exprimées !
    Pour ce qui concerne les conseils de quartier actuels nous ne faisons que mentionner les échos (récents) que nous avons eus.
    Oui nous prônons un renouveau de la démocratie de proximité car elle n’existe aujourd’hui souvent que dans les mots. A Fourqueux nous avons suffisamment été échaudé par l’absorption de notre village par Saint-Germain-en-Laye, annexion décidée contre la majorité des Fourqueusiens (« Consultation Citoyenne » organisée par la mairie, puis « Pétition » lancée par des citoyens) alors même que cette « fusion » ne figurait pas dans le programme de Daniel Level.

    Le souhait de démocratie de proximité n’est en rien lié à une couleur politique, si vous n’avez pas perçu cela vous avez encore un peu de chemin à faire. La légitimité ce sont les citoyens : Ils doivent pouvoir proposer ET approuver ou non des projets impactant sensiblement LEUR commune. Regardez les « programmes » proposés, notamment par Arnaud Péricard qui est pourtant maire sortant : des mots, beaucoup de mots mais qui ne disent pas (et ne peuvent pas dire) grand chose ! Ces quelques sentences destinées à séduire le plus grand nombre ne doivent pas donner carte blanche sur tous les sujets pendant 6 ans !… et surtout pas dès lors que les questions précises sont éludées ou évacuées sous de fallacieux prétextes.

    Je vous remercie de vous intéresser à nos publications car c’est l’échange avec les citoyens qui fait progresser la démocratie. Et OUI, j’invite chacun à aller voter, car la démocratie est vite confisquée une fois les élections passées. Le vote du 15 mars prochain est donc essentiel pour tous les citoyens afin d’éviter d’avoir des élus pratiquant le déni de démocratie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.