« Je vous suggère de vous en remettre au peuple souverain ». Lettre ouverte d’un Fourqueusien

Monsieur le maire,

Mesdames et Messieurs les conseillers municipaux,

Je sais que nombre de vos administrés vous ont adressé par email, par courrier ou de vive-voix leur opinion, parfois en vous soutenant dans la démarche d’une commune nouvelle, parfois en s’y opposant, souvent en exprimant leurs inquiétudes et, j’ai pu le constater, en vous soumettant des propositions. Parmi ces propositions, celle d’améliorer la qualité des informations écrites destinées à la population m’a paru pertinente parce qu’il est important, quelle que soit la décision qui appartient au conseil municipal, qu’un choix aussi conséquent pour l’avenir de notre commune se fasse en ayant sans relâche informé la population des opportunités, des coûts, des choix et des conséquences.

Il se trouve que vous avez souhaité, dans un esprit de concertation que je salue et soutiens, obtenir l’opinion de la population à deux reprises. Une première consultation en ligne, cet été, a révélé que 52% des répondants fourqueusiens étaient favorables à la fusion des 4 communes, soit un échantillon de 138 personnes favorables. Le dimanche 30 septembre, 67% des personnes qui ont participé à la consultation se sont déclarées opposées à la fusion de nos 2 communes, soit 415 de nos concitoyens inscrits sur les listes électorales.

Dans un article publié jeudi dans Le Parisien, dans lequel vos propos sont rapportés, vous remarquez à propos de cette seconde consultation « une participation faible de 18 % », en rappelant les « 62 % (sic) de gens qui y étaient favorables cet été » et précisez « comme dit le proverbe : qui ne dit mot consent. Les gens nous font confiance. Ne sont venues que les personnes qui sont contre et la plupart n’ont pas d’arguments à avancer ».

Pour ma part, je ne peux que souscrire à l’analyse que la participation est faible, mais c’est un fait pour les participations aux deux consultations. On ne saurait se prémunir de la faible participation dans un sens et se réjouir d’un vote dans l’autre sens avec une participation encore plus faible.

En réalité, nul ne sait ce que pense et souhaite la population de Fourqueux à ce jour. Dire que la population est contre la fusion en l’état du projet parce qu’une minorité active se mobilise est une généralisation aventureuse. De même penser que la population soutient la fusion parce qu’une majorité silencieuse ne s’est pas exprimée lors de la consultation alors qu’elle vous avait élus avec 56,58% des voix en 2014 est une distorsion de la réalité.

Ne laissez pas s’installer, à cause de ces distorsions et généralisations, le doute, l’amertume, voire la rancœur. Vous avez, élus de la République, le pouvoir et le devoir de représenter le peuple.

Nul ne pourra dire qu’une fusion de commune est un acte anodin. Il n’est en rien comparable aux autres décisions importantes de votre mandat car il engage l’existence-même du cadre communal dans lequel vous, M. le maire et MM. les élus du conseil municipal, avez été désignés par le peuple.

C’est pour toutes ces raisons que je vous suggère de vous en remettre au peuple souverain et d’appeler des élections anticipées qui trancheront la question de la seule manière démocratique qui vaille puisqu’il est maintenant apparent qu’il y a une liste majoritaire qui souhaite la fusion dès le mois de novembre et une liste d’opposition qui – à tout le moins – souhaite que cette fusion fasse l’objet d’une décision ultérieure sur la base d’un programme électoral.

Si la fusion ne peut pas attendre les prochaines échéances électorales, alors il faut avancer ces échéances et que la majorité municipale se représente devant les Fourqueusiens.

Pour ma part, il est évident qu’en soumettant à la sagacité de nos concitoyens des arguments motivants et des engagements de moyens de résultats clairs, vous obtiendrez l’assentiment d’une majorité pour fusionner Fourqueux et Saint-Germain.

N’en êtes-vous pas convaincu ? Si vous êtes, ce dont je suis certain, convaincu du bien-fondé de la fusion, pour quelle raison souhaiteriez-vous vous soustraire au vote de vos concitoyens ? Comment serait-il possible que vous craignez qu’une décision structurante que vous concevez clairement, qui est motivante pour vous au point de décider – pour la plupart – d’abandonner votre mandat d’élu, ne soit pas comprise de vos concitoyens ?

Si toutefois vous pensez que la fusion est une bonne chose mais qu’une majorité se définira contre, par conservatisme ou peur du changement, vous montreriez, en vous soustrayant au vote de vos concitoyens, que vous faites peu de cas d’un principe fondateur de la démocratie : on n’a jamais raison contre le peuple.

M. le maire et MM. les conseillers municipaux, j’ai la plus haute estime pour la magistrature et les fonctions électives que vous exercez avec un sens aigu du devoir civique, du service public et de l’intérêt général. C’est pourquoi, je me suis permis de vous écrire et de suggérer que vous preniez collectivement la décision qui s’impose, non seulement au vu des opportunités que vous pensez sincèrement être bonnes pour notre avenir commun, mais aussi et surtout dans la pleine conscience de la responsabilité qui est la vôtre dans l’exercice de la démocratie à l’échelle municipale, celle à laquelle nos concitoyens sont les plus attachés.

Jérôme Berrard à tous les élus de Fourqueux – 08/10/2018 14:09

5 commentaires sur “« Je vous suggère de vous en remettre au peuple souverain ». Lettre ouverte d’un Fourqueusien

  1. Je pense fermement que nous avons tous, citoyens de Fourqueux, la capacité intellectuelle de comprendre les arguments pour ou contre la fusion. Mais faut-il encore qu’ils soient exposés clairement de part et d’autre d’une manière sérieuse et vérifiable en évitant les promesses utopiques qui ne seront jamais tenues car elles sont sans aucune garantie.
    JL Spencer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.