Quelle représentativité pour Fourqueux ?

Dans la perspective des élections municipales la question de la représentation des électeurs de Fourqueux se pose avec une acuité renouvelée. Dans sa colonne de Libres opinions publiée dans le dernier Journal de Saint-Germain le groupe d’élus minoritaires NEF revient sur la publication en début de mois par Le Parisien d’un article partisan faisant ressortir essentiellement les avantages de la fusion forcée.

Fourqueux-Citoyen était également intervenu pour réclamer un droit de réponse suite à cette publication pour laquelle un rendez-vous téléphonique avait été programmé avec le journaliste du Parisien, mais n’a pas été honoré comme il en était convenu.

Cette publication occulte une opinion assez largement partagée à Fourqueux : la commune nouvelle est inacceptable en l’état. Elle a en effet été imposée aux habitants par les maires sortants en ignorant leur avis (pourtant clairement exprimé lors de la consultation du 30 septembre 2018) et ces mêmes maires ne respectent même pas la charte de Gouvernance qui avait été mise en avant pour convaincre (en vain) la population.

Vous trouverez ci-après les textes des 2 mises au point produites tant par Fourqueux-Citoyen que par Nouvelle Énergie pour Fourqueux. 


Fourqueux-Citoyen (échange de mails suite à l’article paru le 6 janvier)

=> Mardi 7 janvier 2020 14:48 mail de Fourqueux-Citoyen à : sbirden@leparisien.fr

De : Fourqueux-Citoyen [mailto:Fourqueux-Citoyen@orange.fr] à : sbirden@leparisien.fr
Objet : RE: Notre RdV téléphonique et votre article du lundi 6 janvier

Je constate avec surprise et regret que vous avez publié un article intitulé « « Fusion Saint-Germain-en-Laye – Fourqueux : un an après, qu’est ce qui a changé ? », sous-titré « Longtemps divisé sur le projet de fusion, Fourqueux semble avoir retrouvé son calme. Ses habitants se sont en majorité faits à l’idée d’être désormais des administrés de Saint-Germain. ».

Nous avions en effet pris un rendez-vous téléphonique samedi à 15h pour que je puisse vous communiquer le point de vue de Fourqueux-Citoyen sur cette fusion. Vous n’avez appelé qu’à 16h30 et je n’étais plus joignable. J’ai malheureusement souffert d’une gastro ce dimanche et n’ai été en mesure de vous rappeler avant ce lundi après-midi.

Je n’imaginais pas que vous pourriez publier cet article sans avoir le point de vue de notre association qui mène le combat contre cette fusion qui est un déni de démocratie avec un recours toujours en attente de jugement. Je vous demande donc de publier lors de la prochaine parution du Parisien, le droit de réponse ci-dessous pour apporter un éclairage plus réaliste :

La fusion Saint-Germain-en-Laye / Fourqueux s’est opérée contre l’avis majoritaire des Fourqueusiens clairement exprimé à 2 reprises : consultation citoyenne organisée par la mairie (66% contre) et pétition (plus de 50% des habitants). Notre association dénonce ce déni de démocratie caractérisé par un maire qui ne respecte pas l’avis de ses concitoyens et qui s’est arrogé le droit de décider de la disparition de la commune de Fourqueux à l’issue d’un projet bâclé, totalement différent du projet présenté à l’origine.

Alors qu’en est-il aujourd’hui ?

Force est de constater que la fusion ne respecte pas les chartes qui avaient été érigées en garantie d’un certain équilibre et d’une conservation d’identité pour Fourqueux. La charte de Gouvernance est ainsi bafouée puisque le conseil communal de la commune déléguée de Fourqueux n’a pas été mis en œuvre alors qu’il devait délibérer et donner des avis sur les sujets locaux. La concertation, le dialogue, la démocratie ont reculé. On renonce à l’esprit village au profit de quoi ?

Fourqueux-Citoyen tient à rappeler, contrairement à ce qui est exprimé dans l’article, que les conséquences négatives de cette absorption par Saint-Germain-en-Laye sont bien présentes. On peut citer notamment :

  • De nombreux départs au sein de la commune (employés municipaux, directeur de l’Espace, directrice du centre de loisirs, animateurs, …)
  • Des élus souvent aux abonnés absents hormis pour les belles photos et les publi-reportages destinés à donner le change ;
  • Une communication de la commune déléguée extrêmement réduite et se contentant souvent de relayer celle de la Commune Nouvelle ;
  • Des travaux mal ou pas coordonnés et sans informations préalables ;
  • Contrairement à ce que vous indiquez, L’entrée du « village » rue Saint-Léger n’est plus marquée par les anciens panneaux signalétiques !
  • D.Level, ancien maire de Fourqueux, indique que « les services ont été maintenus et même renforcés », que « les tarifs municipaux ont été harmonisés » et précise que « les impôts sur la part de la commune vont baisser d’environ 20% » (soit 150 à 200€) « , comme le prix de l’eau ». Il oublie de dire que les impôts ont déjà augmenté avec la contribution des Fourqueusiens au syndicat de la Piscine, que les tarifs de la cantine ont déjà très sensiblement augmenté (jusqu’à 40%), que la Taxe sur la Consommation Finale d’Electricité va doubler, prélevée de manière discrète par l’intermédiaire de la facture EDF (ou autre fournisseur alternatif). Ignore-t-il par ailleurs que l’accueil de loisirs Aloha (maternel et élémentaire), le mercredi matin, ne permet plus à l’enfant de rentrer le midi pour déjeuner chez lui ?
  • Quant à A. Pericard, maire de Saint-Germain qui parle de « succès, sentiment partagé par la population dans sa très grande majorité », et n’ayant « entendu personne se plaindre depuis un an » il semble qu’il veuille prendre ses désirs pour des réalités. Il n’y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre !

Pour ce qui est d’ « une hausse des investissements, notamment en matière de sécurité avec la police municipale ou la vidéoprotection », on peut se poser de sérieuses questions, la police municipale n’étant plus présente lors des entrées ou sorties de l’école pour superviser les véhicules, la vidéoprotection n’apportant, quant à elle, pas de remède aux agressions au distributeur de billets de la place de la Grille.

Quant aux « effets induits de la fusion », comme par exemple une hausse des prix de l’immobilier à Fourqueux, les notaires ne peuvent rapporter que cette hausse est due à la fusion. On sait que le marché immobilier dans son ensemble est haussier !

Enfin pour ce qui est de l’urbanisme et plus particulièrement des constructions de logements à caractère social, on ne peut qu’être inquiet du silence qui s’est établi sur les programmes qui sont déjà prêts pour l’après municipales… n’envisage-t-il pas « d’aller plus loin en matière d’équipements » ? !

La situation est donc loin d’être idyllique comme voudraient la dépeindre les maires, mais bien dégradée sur certains aspects et notamment en terme de proximité. Nous avons tout lieu d’être inquiets de la suite. Les prochaines municipales refreinent actuellement quelques velléités ou ont incité à privilégier certains aspects électoraux. Fourqueux-Citoyen reste, comme à son habitude, attentif et vigilant à propos du devenir de Fourqueux et aura son mot à dire dans cette période de campagne des municipales.

Nous souhaitons enfin attirer votre attention et apporter un éclairage particulier à propos de certains passages de votre article :

  • Vous affirmez également que « Aux abords des commerces situés face à l’ancienne mairie, devenue mairie annexe, la fusion ne fait même plus partie des sujets de conversation » selon le sentiment d’un dénommé Alain et qu’une dénommée Claude « semble laisser à la fusion le bénéfice du doute » en mentionnant des cours d’aqua-gym qui ont été créés à la piscine de Saint-Germain indépendamment de la fusion. Votre enquête sur le sentiment des Fourqueusiens semble pour le moins limitée…
  • Vous citez encore Mark « un ressortissant britannique pour qui la fusion des deux villes relevait ‘de l’évidence’ » et qui indique « On a vu de belles poubelles apparaître rapidement devant nos maisons avec l’étiquette Fourqueux Saint-Germain »… c’est assez curieux car, à notre connaissance, il n’y a eu aucun changement de poubelles lié à la fusion et en aucun cas des poubelles étiquetées ‘Fourqueux Saint-Germain’.
  • En outre, il n’existe qu’un seul Mark, ressortissant britannique, sur les listes électorales de Fourqueux, il s’agit du 3ème adjoint au maire délégué de Fourqueux, militant de la fusion.
  • Vous admettrez que son témoignage ‘anonyme’ prête à interrogation… qu’en est-il pour le coup des 2 précédents ?
  • Daniel Level, ancien maire, dit « Je ne me fais plus agresser dans la rue » cela n’a jamais été le cas à notre connaissance, à moins qu’il ne prenne les récriminations de ses concitoyens qu’il a agressés par sa trahison comme des insultes ! Pour lui le « jeu » en vaut effectivement la chandelle : un poste de maire-délégué pour lequel il garde sa rémunération avec une charge de travail très réduite, un poste de président du Syndicat Mixte Seine et Oise (élargi), …

Vous remerciant de prendre en compte cette demande et ces éléments, je reste à votre disposition pour tout échange et vous invite à consulter régulièrement notre site pour compléter votre information.

Je vous prie d’agréer, monsieur Birden, mes meilleures salutations citoyennes Bernard Monteil – Président de Fourqueux-Citoyen

=> Mardi 7 janvier 2020 18:32 réponse S.Birden à Fourqueux-Citoyen

De : BIRDEN Sébastien [mailto:SBIRDEN@leparisien.fr] à : Fourqueux-Citoyen Cc : DELPORTE Eric
Objet : RE: Notre RdV téléphonique et votre article du lundi 6 janvier

J’ai lu attentivement votre mail. J’ai effectivement essayé de vous joindre à plusieurs reprises (vendredi puis samedi) pour compléter cet article qui devait être prêt à paraître en ligne ce lundi matin. Je regrette vivement que vous n’ayez pas été en mesure de me répondre ou de me rappeler afin de m’apporter ces éléments. Votre envoi de ce jour ne peut toutefois pas faire l’objet d’un droit de réponse puisque ni votre action, ni celle de votre association (dont nous nous sommes longuement fait l’écho l’an dernier) n’est mise en cause. Vous, en revanche, n’hésitez visiblement pas à remettre en cause les témoignages que j’ai personnellement recueillis à Fourqueux en fin de semaine dernière. Je ne compte pas revenir sur les propos des personnes rencontrées. Sachez simplement qu’il n’y a pas qu’un seul ressortissant britannique prénommé Mark à Fourqueux. Arrivé en 2014 en provenance des Etats-Unis, celui-ci n’est assurément pas l’ancien adjoint « pro-fusion » dont vous parlez. Passons… Nous aurons sans doute l’occasion de reparler de cette fusion. En espérant que cette fois, nous puissions échanger de vive voix.

Cordialement, Sébastien Birden

=> Mercredi 8 janvier 2020 11:01 réponse par mail  S.Birden

De : Fourqueux-Citoyen [mailto:Fourqueux-Citoyen@orange.fr] à : sbirden@leparisien.fr Cc : DELPORTE Eric
Objet : RE: Notre RdV téléphonique et votre article du lundi 6 janvier

Pour enlever immédiatement toute ambiguïté, je n’ai trace sur mon téléphone que de 2 appels. Le premier vendredi 3 janvier à 17h10 en numéro masqué et lors duquel nous avons pris rendez-vous pour un entretien téléphonique le lendemain, samedi, à 15h00. Le deuxième avec un numéro visible le samedi 4 janvier à 16h23 où vous demandiez de vous rappeler ce que je n’ai pas fait compte tenu de l’heure tardive à laquelle j’ai pris connaissance de celui-ci. J’aurais apprécié que vous essayiez au minimum de me relancer si l’urgence était de publier lundi matin.

Je ne remets pas en cause les témoignages que vous avez recueillis et je ne vous demandais pas de revenir sur ces propos. Mais la question légitime qui se pose est celle de votre choix de produire un témoignage (celui de Mark) qui, s’il n’est pas celui de l’ancien adjoint « pro-fusion », n’est en aucun cas celui d’une personne figurant sur les listes électorales de Fourqueux dont nous disposons pour valider les signataires de notre pétition. Il n’a donc pas la valeur qu’il obtient par votre publication.

Pour ce qui concerne celui qui mentionne l’aqua-biking, vous auriez dû savoir que l’accès à celui-ci n’est en aucune façon lié à la fusion mais à la création de cette activité avec la rénovation de la piscine de Saint-Germain-en-Laye. Là encore, il eut été judicieux de s’assurer que l’on parlait bien des effets de la fusion.

De nombreuses personnes m’ont contacté pour me faire part de leur incompréhension. Pouvez-vous nous préciser quelles ont été les modalités de recueils de ces témoignages et sur quels critères ils ont été retenus ?

Vous savez que nous sommes attachés à la démocratie et à l’expression libre de toute personne. Cela est et restera toujours notre combat.

Nous déplorons cet article à l’emporte-pièce, affublé d’une contre-vérité ’Ses habitants se sont en majorité faits à l’idée d’être désormais des administrés de Saint-Germain’ et basée sur des témoignages, soit très orientés (les maires), soit insuffisamment évalués. Nous disposons pour ce qui nous concerne, de témoignagnes et faits (dont une partie vous ont été communiqués) qui vont à l’encontre de cette formule hâtive, s’appuyant sur ‘un échantillon non représentatif de la population’.

Nous ne pouvons donc pas considérer votre article comme reflétant le sentiment de ‘la majorité’ des Fourquesiennes et Fourqueusiens. Vous comprendrez aisément, compte tenu de votre refus de publier un article complémentaire, que nous utilisions notre blog et tous moyens adéquats pour diffuser le plus largement nos commentaires et remarques sur cet article.

Salutations citoyennes, Bernard Monteil – Président de Fourqueux-Citoyen

 


Nouvelle Énergie pour Fourqueux (EXTRAIT DE LIBRES OPINIONS – Journal de Saint-Germain n°760 vendredi 17 janvier 2020)

QUELLE REPRÉSENTATIVITÉ POUR FOURQUEUX ?

Très partisan dans ses propos, un article du Parisien du 6 janvier cherche clairement à faire transparaître une parfaite réussite de la fusion. Tout comme l’adhésion des Fourqueusiens à un projet qu’ils ont rejeté et qu’ils sont toujours nombreux à désapprouver, compte tenu des multiples remontées qu’ils nous font.

Si mon intervention est la seule qui émette des critiques à l’égard du bilan de la fusion, ce qui est retranscrit ne reflète que la partie la moins sévère de l’entretien que j’ai consacré au journaliste. Le Parisien ayant passé sous silence le correctif que je lui ai adressé, je tiens donc à rétablir l’intégralité de mes propos, à savoir que nous déplorons solennellement les faux-semblants en matière d’amélioration fiscale. Les aspects bénéfiques en termes budgétaires sont dus notamment aux avantages financiers très temporaires – 3 ans seulement – accordés à toutes les communes qui fusionnent : augmentation de la DGF, suppression des pénalités SRU…

Par ailleurs, nous nous offusquons de l’absence totale d’investissement des élus de la commune déléguée, en premier lieu de son maire, pour faire vivre la démocratie locale. Ils ne respectent aucunement les engagements de la campagne qu’ils ont menée en faveur de la fusion, contre l’avis de la population. Ce n’est pas seulement sur les attributions de subventions aux associations que le conseil communal doit se réunir, mais sur toute décision affectant le territoire fourqueusien. En un an, jamais Daniel Level n’a eu le courage de le réunir, malgré ce qu’il ose affirmer en conseil municipal et malgré nos demandes maintes fois réitérées. La charte de gouvernance, qui était pourtant, nous disait-on, une garantie absolue de notre représentativité dans la commune nouvelle, est donc purement et simplement bafouée.

La représentativité de notre village fait cruellement défaut. Comme nous l’avions prédit il y a un an, c’est le bilan essentiel d’une année de fusion.

Matthieu Cadot


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.