« Rien de durable ne se fonde sur la force »

Cette phrase est une citation du Maréchal de France, Louis Hubert Liautey et elle s’applique bien à la situation à laquelle nous sommes confrontés avec le passage en force opéré par la plupart des élus du groupe « majoritaire » VFE pour l’absorption de Fourqueux par Saint-Germain-en-Laye.

Ayant assisté au conseil municipal de ce funeste lundi 19 novembre, une autre citation du Maréchal Liautey m’est revenue à l’esprit :

” Quand les talons claquent à mon apparition, j’entends les cerveaux se fermer. ”

Oui, c’est bien cela !… Comment peut-il en être autrement lorsque toutes les tentatives de dialogue avec ces élus pour la prise en compte de l’avis des citoyens de Fourqueux  se sont heurtées à une fin de non recevoir… Et pourtant certains avouaient que nos actions de mobilisation et de réveil de nos concitoyens étaient formidables, qu’ils étaient admiratifs en reconnaissant qu’eux-mêmes n’avaient pas su (ou voulu ?) communiquer aussi efficacement que nous !… Force est de constater que l’embrigadement fait perdre la capacité de raisonner par soi-même et rend sourd.

Tristes élus qui ne savent plus s’appuyer sur les fondamentaux de la démocratie et qui préfèrent claquer des talons, porter leur tenue d’apparat et cirer des bottes !


D’une famille de militaires lorrains, Louis Hubert Lyautey suit ses études à Saint Cyr. Entré dans l’armée, il sert en France puis en Indochine entre 1894 et 1897 puis à Oran en Algérie ou il rencontre plusieurs fois Charles de Foucault. En 1912, il devient le premier résident général du protectorat français au Maroc, où il laissera une trace profonde dans l’urbanisme et la culture marocaine. Il rentre en France en 1916, nommé ministre de la guerre d’Aristide Briand pendant la première guerre mondiale. Elu brillamment à l’Académie française en 1912, il fréquente aussi l’intelligencia parisienne dont Jean Cocteau est élevé Maréchal de France en 1921 et devient président des scouts de France en 1929. Sa propriété en Lorraine le château de Thorey-Lyautey abrite aujourd’hui encore le musée du scoutisme. Commissaire général de l’exposition coloniale internationale de 1931, il est à l’origine de la construction du Palais de la Porte Dorée à Paris, devenu la Cité nationale de l’histoire et de l’immigration. Il est inhumé aux Invalides à Paris

1 commentaire sur “« Rien de durable ne se fonde sur la force »

  1. J’adhère à vos analyses et vos écrits. Bravo. Concrètement comment vous aider ? Une guerre? Non résistance. Je rejoins ceux qui vont oeuvrer pour le respect et ne pas se soumettre.
    Dr Catherine COURTILLOT CARROT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.